Mot de bienvenue de la Présidente du Comité d’ Organisation

Mesdames, Messieurs, Chers participants, Nous sommes très heureux de vous accueillir à Yamoussoukro, capitale politique et administrative de la Côte d’Ivoire pour la 5ème Conférence annuelle de la Société Africaine de Médecine Légale (African Society of ForensicMedicine ou ASFM). Pour la première fois, la Conférence annuelle de l’ASFM se tiendra dans un pays francophone et elle sera soutenue par la Société Ivoirienne de Médecine Légale et d’Investigations Judiciaires (SIMIJ).

L’ASFM est une organisation panafricaine qui regroupe les professionnels des sciences médico-légales des pays africains anglophones et francophones et dont le Secrétariat est logé au Nigéria. L’ASFM vise une pluralité d’objectifs : - promouvoir le professionnalisme, la compétence, l'intégrité, l’indépendance, la formation et la recherche en matière de Médecine légale ; - encourager la collaboration dans le domaine de la criminalistique et de ses applications dans le système judiciaire. Par conséquent, ces objectifs font de l’ASFM, une structure de gestion et de gouvernance des activités médico-légales en Afrique comme c’est le cas pour la la SIMIJ à l’échelle nationale. Le thème retenu pour cette 5ème Conférence est « Résolution des conflits en Afrique : le rôle de la Médecine légale ».Le choix de ce thème se justifie par le fait que l’on voudrait interpeler les chercheurs et les praticiens de la Médecine légale sur les défis auxquels se confrontent les situations de conflictualité. Et pour faire face à ces défis, la Médecine légale ne peut que conjuguer ses efforts avec les autres spécialités des Sciences Légales dont elle ne peut d’ailleurs se passer. En effet, c’est un thème d’actualité qui nous amène à questionner toutes les formes, les conséquences et les solutions des conflits auxquels est confronté le monde d’aujourd’hui. Des conflits d’une nouvelle génération dont l’Afrique est aussi l’un des théâtres.Ces formes émergentes de violence soulèvent des questions et des réponses nouvelles qui ne peuvent être discutées, étudiées et consolidées qu’au sein des Fora pluridisciplinaires telle que la 5ème Conférence annuelle initiée par l’ASFM. Les résultats attendus de cette réflexion commune devront mettre l’accent sur le rôle primordial et incontournable des Sciences légales comme soutien ferme à un État de Droitqui aspire à l’émergence à l’horizon 2020. Bienvenue à Yamoussoukro et bonne Conférence.

Merci

Professeur Hélène YAPO ETTÉ